Comment quantifier la population parisienne au XVIIe siècle ?


Historiographie / lundi, novembre 19th, 2018

Bonjour !

Je suis heureuse de te retrouver pour parler de Paris. Bien avant son statut de ville de l’amour, elle occupe celui de la première ville d’occident au XVIIe siècle. Bien qu’au XVIIIe siècle elle se fait doubler par Londres, les historiens souhaitent quantifier la population parisienne. Le métier d’historien nécessite de se baser sur des sources mais lesquelles ?

Quelles sources utiliser ?

Sous l’Ancien Régime pour ce qui est de comptabiliser la population on peut compter sur les registres paroissiaux. Ils sont tenus par les paroisses et enregistrent les baptêmes, les mariages et les décès des paroissiens à partir de 1539. Les baptêmes sont correspondent approximativement à toutes les naissances puisque le pays est majoritairement catholique (et Paris aussi !). Les registres sont donc le meilleur moyen de se rapprocher d’un recensement. Néanmoins, les registres paroissiaux comptabilisent la population catholique. Les Juifs et les protestants (10% de la population) ne sont pas compris dans ce recensement. De plus et bien malheureusement, tous les registres parisiens de la période ou presque ont disparu dans un incendie de l'Hôtel de Ville. On sait que la monarchie depuis 1670 compile ses registres pour en dresser des états mensuels de Paris. Ceux-ci sont lacunaires entre 1660 et 1709 puis intégrales entre 1709 et 1789. Pour retrouver les chiffres originaux, il faut faire des calculs et les taux qui en résulte sont donc des hypothèses.

Attention ! Certains sont tentés d’établir des chiffres en déduisant le nombre d’habitants parisiens par le chiffre de la consommation de pain, le nombre de maisons, les payants aux impôts ou encore le nombre des communiants. Ces méthodes ne sont pas fiables puisque ce serait de la déduction avec trop de valeur inconnue.

Quelques ordonnances importantes :

1539 : Ordonnance de Villers-Cotterêts

1579 : Ordonnance de Blois

1667 : Ordonnance de Saint-Germain-en-Laye

1736 : Déclaration royale

1792 : Etat civil

Comment quantifier la population parisienne au XVIIe siècle ?

Alors combien ?

Dès le XVIIIe siècle, les hommes veulent connaître leur nombre et livrent des estimations. Environ 500 à 700 000 habitants selon les années et les estimations. Les historiens font le même travail mais privilégient les naissances et les mariages qui sont plus fiables que les décès à cause des maladies, accidents et autre. Les études démographiques de la population de Paris livrent les chiffres de 430 000 habitants environ pour les années 1650, environ 510 000 habitants pour 1700, pour 1750 environ 570 000 habitants et 620 000 habitants environ en 1789.

La population est donc en croissance malgré un ralentissement au fur et à mesure.

Quelles conclusions en tirer ?

  • Une natalité faible : Fort pourcentage de célibat et contrôle des naissances
  • Une forte mortalité : urbaine et infantile. Beaucoup de maladies telles que la rougeole et la variole (pour ne citer qu’elles). On constate que les enfants placés chez des nourrices meurent à hauteur d’un tiers ! Ce chiffre prend tout son sens quand on sait que près de 80% des enfants parisiens sont placés en nourrice. Par ailleurs, comme dans les autres villes et campagnes du royaume de nombreux enfants entre 1 et 5  ans meurent. Pour Paris il faut compter 80% soit 8 sur 10.

 

  • Paris, une ville d’immigration. Eh oui ! Paris attire environ 5 à 10 000 individus par an. Par contre, si on compte ce qui rentrent il faut aussi compter ce qui sorte de Paris. Pour beaucoup, l’immigration n’est que temporaire. Ce sont plus les hommes qui y viennent car les familles laissent plus aisément partir les garçons que les filles. De plus, certains veulent échapper aux milices. Grosse erreur puisque 85 % des soldats recrutés à Paris n’y sont pas nés. Paris est donc une ville masculine comme le témoigne la mortalité de la seconde moitié du XVIIIe siècle avec 1500 morts masculines de plus que pour les femmes.

Comment quantifier la population parisienne au XVIIe siècle ?

À cette interrogation tu peux désormais répondre qu'il faut se baser sur les registres paroissiaux, que les différentes ordonnances font évoluer le recensement non seulement à Paris mais dans tout le royaume. Tu peux avancer des chiffres précis et tirer des conclusions en terme de natalité, mortalité et immigration.

Pour comprendre :

  • Placement en nourrice : Les mises en nourrices consistent à placer les nourrissons chez la nourrice via un bureau de placement dans une ville ou un village à proximité et assurent leurs voyages et leurs retours.
  • Crise démographie : "Quand le nombre annuel de décès double et que dans le même temps le nombre de naissances diminue d'au moins un tiers, en prenant pour base la moyenne ou le mode des années normales entre deux crises." (Pierre Goubert)

Pour commencer à étudier la population française au XVII e et XVIIIe siècle, je conseille le Que sais-je de Jacques DUPAQUIER.

Merci d'être fidèle à Curlhistory et bonne semaine 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *