L’ évolution de l’ Église Sainte Sophie du Ve au VIe siècles


Histoire byzantine / lundi, septembre 10th, 2018

Aujourd’hui, je te propose un voyage vers Istanbul. Plus précisément, l’Istanbul du Ve et VI ème siècle autrement dit, Constantinople. Je t'emmène à l’Eglise Sainte Sophie de Constantinople afin de comprendre l' évolution de l' Église Sainte Sophie du Ve au VIe siècles.

Généralement, lorsqu’on pense à l'Église Sainte Sophie on pense à Constantin. Il est perçu comme celui qui a fait édifier cette église. En réalité, elle est construite sous Constance II, un des fils de Constantin, le 15 février 360.

Un lieu de culte

L’Église Sainte Sophie est un lieu de culte qui important puisqu’au début du christianisme ancien il n’y avait pas de lieu de culte particulier. Il n’y avait pas d’architecture chrétienne spécifique. La religion était, pendant les premiers siècles, était interdite. Les fidèles se réunissaient dans les maisons. Très rapidement, les maisons se font trop étroites pour contenir les fidèles qui souhaitent communier ensemble.

Des premières constructions viennent au jour. Eusèbe de Césarée cite l'Église de Tire qui est un bâtiment rénové à neuf après avoir été détruit la persécution. Il faut se rappeler que les chrétiens proviennent de la religion juive et donc avaient l’habitude de se réunir dans les synagogues. Leurs conversions leur a value d’être expulsés de ces lieux saints. Les chrétiens empruntent donc à la religion juive mais aussi à la religion romaine païenne. Il y a une volonté de prier dans des espaces ouverts. On reprend le principe de la basilique romaine qui est différente des temples. Ces derniers sont fermés, interdits au public car il y a les statues des divinités. On choisit d’orienter ce bâtiment rectangulaire vers l’Est, vers Jérusalem.

 

évolution de l' Église Sainte Sophie Istanbul Constantinople
Actuelle église Sainte Sophie à Istanbul

 

L’ évolution de l' Église Sainte Sophie

Une première église

L’église que fait ériger Constance II ressemble à un palais mais suit le plan basilicale. Il s’agissait probablement d’un bâtiment en pierre et en bois. Elle brûle en 404 à la suite d’une émeute opposant les partisans soutenant Jean Chrysostome. Pour la petite histoire, Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople, est déposé par l’empereur et condamné à l’exil. Il était alors en conflit avec le patriarche Théophile d'Alexandrie qu'il devait juger. 

Une deuxième église

Théodose II décide de reconstruire l’église de Sainte-Sophie en 415. Elle suit le même modèle mais est probablement plus grande. Le 16 janvier 532, Sainte Sophie brûle une seconde fois lors de la sédition de Nika contre Justinien. Constantinople brûle alors pendant six jours !

Une troisième église

Elle est reconstruite rapidement par Justinien qui pose la première pierre. On utilise des briques et installe un dôme. L'empereur fait appel au mathématicien Anthémius de Tralles (464/474- 534) et au physicien Isidore de Milet (442-537). Il demande à ce qu'on s'inspire du Panthéon romain. L’empereur va jusqu'à faire venir des matériaux précieux de tout l'Empire comme du marbre bers de Thessalie, des pierres noires du Bosphore et jaunes de Syrie, du porphyre d'Égypte, les colonnes du temple d'Artémis à Éphèse. Même Childebert, roi mérovingien de 511 à 558, envoie du marbre noir de Moulis.

 

À quoi ressemblait l' Église Sainte Sophie ?

Elle servait à rassembler la communauté chrétienne lors des offices et à célébrer la liturgie. Les fidèles se réunissent dans le sanctuaire et la nef à l’intérieur de l’église.

Il y a également une estrade, un ambon, qui servait au couronnement des empereurs et à la venue des patriarches. Empereur et patriarche se tiennent l’un à côté de l’autre sur l’ambon pendant les liturgies. Parfois, les chantres s’y tiennent afin de voir et être vu par l’ensemble de l’assemblée. L’ambon sert également à la prédication.

Encore aujourd’hui, les visiteurs peuvent apprécier la coupole datant du VI ème siècle. Elle se trouve dans le fond de l'église. C’est un espace avec des barrières puisqu’il est réservé au clergé.

Pour quel public ?

Comme on l’a dit, l’église vise à réunir tous les fidèles. Cependant, tout le monde ne peut pas passer toute la journée dans l’église. Il y a donc une répartition dans le temps selon les métiers. Les artisans par exemple y viennent tôt le matin.

La plupart du temps, l’église est occupée par les membres du clergé. Les clercs ne sont pas encore privés d’entretenir des relations. Néanmoins, avant la célébration de l’eucharistie, les prêtres ne doivent pas avoir de relation sexuelle. En Occident, le clergé est célibataire puisque l’eucharistie est célébrée tous les jours. Les moines font de l’église Sainte Sophie une structure où prend place la vie monastique.

Quand se rassemble-t-on ?

La liturgie eucharistique en Orient diffère de celle appliquée en Occident. En Orient, elle a lieu uniquement le dimanche et parfois le samedi alors que dans l’autre partie de l’Empire elle se déroule tous les jours. Les églises d’Orient portent un attachement plus grand au respect du rythme du calendrier, le dimanche étant un jour saint. Il y a donc des réticences à célébrer un autre jour.

Il faut savoir que le temps est christianisé. On lie le temps des fêtes religieuses au temps de la vie courante ce qui produit un double calendrier. On se rassemble durant les jours de jeûne, pendant le Carême mais aussi lors des jours de fêtes. Ces derniers débutent dès la vieille et dure du coucher du soleil au coucher du soleil suivant. On célèbre également les saints, chaque église a ses propres saints. En général, ce sont des martyrs morts sur place. Les moments clefs sont  l’Epiphanie, la Passion, l’Ascension et la Pentecôte.

L'Eglise a bien évolué depuis ces temps puisqu'elle est devenue une mosquée puis un musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *