La bataille de Sedan ou la chute du Second Empire


Histoire Contemporaine / dimanche, septembre 2nd, 2018

Aujourd'hui, je te propose de te plonger dans la guerre franco-prusse afin d'analyser : La bataille de Sedan ou la chute du Second Empire. Pour cela, nous introduirons la bataille, nous la décrirons avec son déroulé, son issue et son bilan et nous terminerons par ses conséquences. 

Introduction

Otto von Bismarck réussit le pari de réunir tous les peuples composant l’Allemagne dans un seul but : Écraser la France. Cette guerre fédératrice pour l’Allemagne marque les divergences entre  les deux pays. De plus, cette bataille majeure de Sedan a des répercussions dramatiques pour la France puisqu’elle met fin au Second Empire de Napoléon III.

La bataille de Sedan

Après avoir repoussé l’heure de l’affrontement, les Français se retrouvent encerclés par les 200 000 soldats allemands du général von Molkte à Sedan. La bataille a lieu le 1er septembre 1870 dans le cadre de cette guerre franco-prussienne (1870-1871).  Le combat s’engage tôt le matin et les Allemands prennent rapidement l’avantage. Le chef des 120 000 soldats français, Mac Mahon, est blessé. Dans l’après-midi, le sort français est scellé et Napoléon III décide de se rendre.

Le 2 septembre, l’empereur français est fait prisonnier avec 83 000 autres soldats. Là il pense pouvoir s’entretenir avec le roi de Prusse mais est intercepté par Bismarck avec qui il finira par avoir une discussion dans la maison d’un tisserand. Les pertes sont considérables. Du côté français, on déplore 3 000 tués, 14 000 blessés et 21 000 disparus, contre 9 000 tués ou blessés du côté allemand.

La bataille de Sedan ou la chute du Second Empire curlhistory
La bataille de Sedan

La chute de l'Empire

Le 3 septembre, les 80 000 soldats français sont parqués dans le “camp de la misère” sur la presqu’île d’Iges. Beaucoup d'entre eux vont mourir de maladie et de faim.

Finalement, le 4 septembre, la nouvelle de la défaite arrive à Paris. Un vent de contestation s’élève et une insurrection populaire soulève Paris renversant le régime et proclamant la République. C'est la naissance de la Troisième République. Napoléon III fuit la France.

Les Républicains du gouvernement de la Défense nationale décident de poursuivre la lutte. Après avoir quitté la capitale encerclée, le ministre de la guerre, Gambetta, organise la résistance depuis Tours. Il lève et équipe 600 000 hommes. Cependant, le maréchal Bazaine, enfermé dans Metz avec une armée de 175 000 hommes, capitule. Les armées de Gambetta ne parviennent pas à débloquer Paris. Les défenseurs de la ville ne réussissent pas à en sortir. Les Républicains sont donc contraints de conclure un armistice, le 28 janvier 1871. Ensuite,  ils acceptent la paix de Francfort, le 10 mai 1871.

Pour conclure, cette humiliation n’est pas la dernière que les Allemands vont infliger aux Français durant cette guerre. La plus marquante est la proclamation du IIe Reich dans la Galerie des Glaces.

Pour aller plus loin :

Serge BERSTEIN et Pierre MILZA, Le XIXe siècle. Nationalismes et concert européen. 1815-1919, Paris, Hatier, 1992 (rééd. 1996)

Stéphane PRZYBYLSKI, La Campagne militaire de 1870, Metz, Éditions Serpenoise, 2004.


François ROTH, La Guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *