Le peuplement de la Nouvelle-France


Histoire Moderne / vendredi, décembre 28th, 2018

Bonjour, aujourd'hui je te propose un article d'histoire moderne sur le peuplement de la Nouvelle-France. Tu peux retrouver d'autres articles d'histoire moderne ici ou des articles d'historiographie

Qu’est ce que la Nouvelle-France ?

Tout d'abord, un rapide retour en arrière sur le contexte. La Nouvelle-France a été une colonie française entre 1534 et 1763 et située en Amérique du Nord. Après que Giovanni da Verrazzano, émissaire français, ait baptisé la Nova Francia en 1524, Jacques Cartier, en 1534, commença à occuper le territoire au nom du royaume de France. La période qui nous intéresse ici est celle d’après 1627, lorsque le cardinal Richelieu crée la compagnie des Cent-Associés.

Le Canada avant les Français

Avant l'arrivée des Européens, les régions d'Amérique du Nord étaient peuplées par des Indiens regroupés en de nombreuses nations qu'on peut distinguer en deux groupes linguistiques avant le 16e siècle.

  • Les Iroquiois 120 000 membres
  • Les Algonquins 300 000 membres

Dans la vallée du Mississippi, les Indiens sont très nombreux et on y trouve des habitants sédentaire avec de très grandes villes allant de 20.000 à 30.000 habitants. Certaines nations compte 200.000 individus.

Les Indiens et les Français

L'arrivée des Européens provoque un choc démographique chez les Indiens pour des raisons bactériologiques : La variole, le typhus, la grippe la varicelle, etc. Par exemple, les Iroquois de la vallée du Saint-Laurent. On estime qu'entre l'arrivée de Cavelier de La Salle arrive et 1727, 80 % de la population disparaît. Cette éradication n'est pas volontaire, elle est à chaque bactériologique inévitable puisque les Indiens n'ont pas développé les mêmes anticorps que les Européens. Cet effondrement démographique n'empêche pas les Indiens d'être plus nombreux que les Européens.

Lors de leur arrivée, les Français rencontrent des tribus indiennes. Ces tribus sont nomades ce sont des pêcheurs-chasseurs qui séjourne sur les terres de la Nouvelle France une partie de l'année seulement. L'installation et le peuplement de la Nouvelle France être un défi pour l'État français. On sait qu'au Canada il y a des habitants qui ne sont pas sédentaires.

Le peuplement est un enjeu vital pour toutes les colonies françaises d'Amérique du Nord afin d'assurer le maintien de la présence française dans ses colonies. Néanmoins, l'installation française à la Nouvelle France est fondamentalement différente de l'installation anglaise. Le destin de l'Amérique anglaise et beaucoup plus prospère.

Les Français comprennent que les alliances avec les Indiens sont inévitables. Au-delà des alliances militaires, les alliances économiques sont vitales. Les colons sont dépendants des Indiens. Les colons français sont éparpillés sur un territoire qu'ils ne maîtrisent pas, aussi les Indiens servent aussi de guides.

Ces alliances sont aussi affectives puisque la population de colons est presque exclusivement masculine. Les Français arrivent seuls et forment des unions informelles avec les Indiennes contre la volonté de l'église. Certains se marient. La quasi-totalité des enfants qui naissent dans la Nouvelle France sont métis. Face à cela, ces unions comme des moyens de colonisation. L'État français décide de légaliser ces unions. On exige le baptême des femmes et des enfants. Beaucoup de colons se marient à la mode indienne et finissent par devenir eux-mêmes des Indiens. Pour ce qui est de la religiosité des Indiennes, on sait que beaucoup sont contre le baptême.

Quelques chiffres

En 1627 il y a une centaine d'habitants.

En 1645, il y a environ 600 habitants.

En 1663, il y en a seulement 3000 : 400 en Acadie et 80 à Terre Neuve.

On comprend que l'évolution est lente et que le peuplement reste faible.

Afin d'y remédier, en 1664, le Canada est placé sous l'autorité des Cent-Associés. Ils ont le monopole contre l'obligation d'établir 4000 habitants en 15 ans. Si on devait dresser un bilan de cette installation, on pourrait dire que la compagnie a réussi à attirer de nombreuses personnes au Canada mais que beaucoup d'entre eux retourne en France. Les habitants les plus nombreux restent donc les Indiens d'Amérique du Nord.

Nouvelle-France Curlhistory peuplement
La Nouvelle-France vers 1645

Qui sont ces personnes qui peuplent la Nouvelle France ?

On peut les diviser en quatre catégories:

Les Pionniers
  • D'abord, les pionniers. De vrais colons qui s'engagent auprès de la Compagnie des Cent-Associés ils reçoivent un lopin de terre et une maîtrise dans l’artisanat. La maîtrise dans l'artisanat est un statut très difficile à avoir en France. C'est une récompense sociale et économique. Le lopin de terre qu'ils reçoivent est de 180 hectares. Ils bénéficient également d'outils et de vivre pour tenir un an. Ils doivent défricher le lopin de terre. Le colon est censitaire et doit payer une taxe. Officiellement, ce sont des travailleurs qualifiés. En réalité, la compagnie est moins regardante car peu de gens veulent partir. On accepte donc des malades, des fous, et des fils de famille envoyés de force. On comprend que cette population ne constitue pas une base solide. Ils viennent majoritairement de l'ouest de la France et de Paris. Ce sont surtout des jeunes hommes, en moyenne 25 ans, venant de milieux urbains.
Les Engagés
  • Certains signent des contrats d’ ”engagés”. Ce sont des contrats de trois ans pour servir de main d’oeuvre aux colons. Les conditions sont très dures et comparables à celles de l’esclavage. Beaucoup d’entre eux meurent de maladie ou de mauvais traitement.
Les Militaires
  • Ensuite, il y a les militaires. Ils sont chargés de protéger la colonie contre les incursions anglaises et indiennes. Normalement, les militaires n'ont pas vocation à devenir des colons. Néanmoins, pour pallier au faible nombre de colons, l'intendant Talon et Colbert les poussent à se marier et à s'installer sur place. S'ils se marient, on leur offre un congé immédiat et un an de solde payé à l'heure départ.
Les Filles du Roi
  • Puis, les autorités françaises veulent résoudre le problème du manque de femmes. On décide d'en importer afin de créer une stabilité sociale. Comme je l'ai dit tout à l'heure, il y a beaucoup de mariages entre Amérindiennes et colons. Champlain les encourage vivement vantant les mérites d'une société métissée et originale. Cependant, les femmes autochtones ne veulent pas se baptiser. Colbert organise le recrutement des "Filles du roi". Ce sont des jeunes femmes orphelines à qui le roi fournit une dot et paye le voyage. Elles viennent de La Rochelle et de Dieppe et on remarque que beaucoup de départs sont forcés. On compte 700 filles arrivées en Nouvelle-France. Elles reçoivent un bon accueil et on 15 jours pour se marier avec l'homme de leur choix. Attention, au XVIIe siècle ce ne sont pas des prostituées. Elles sont d'ailleurs très surveillées. Les filles qui ne respectent pas les mœurs sont renvoyés en France. Cette politique fonctionne bien, elles ont beaucoup d'enfants.
Les Ecclésiastiques
  • Enfin, la colonisation et le peuplement sont encadrés par des ecclésiastiques. Pour le cas de la Nouvelle France, ce sont essentiellement des Jésuites mais aussi des membres de mission pour l'étranger. On note la présence de nombreuses communautés religieuses féminines telle que les Ursulines. Cependant, cette colonisation n'est pas pérenne et n'a pas vocation à se développer. 

 

Pourquoi la colonisation française ne fonctionne-t-elle pas ?

En fait, le projet de peuplement de la Nouvelle France est gênée mauvaise réputation de celle-ci. La France est le pays le plus peuplé d'Europe avec ses 20 millions de Français. Pourtant, la monarchie a du mal à coloniser ses colonies. Au départ, 5000 Français embarquent pour la Nouvelle-France. Les gens partent à cause de la misère, du chômage et des crises de subsistance. Ils espèrent beaucoup de ce nouveau départ puisqu'on leur promet des terres. Cependant, ils se rendent rapidement compte que les conditions de vie sont très difficiles : Forte mortalité, hivers rigoureux et absence de femmes.

Face à cet échec, Colbert mène une politique d'incitation avec une propagande très diffusée. Alors même que la France est le pays le plus peuplé d'Europe, les contemporains ont l'impression que la population baisse. C'est une idée commune à l'époque moderne.

Les suites de la colonisation

Au 18e siècle, quatre villes deviennent importantes au Canada.

  • Le Québec avec 6000 habitants en 1750. La ville domine le fleuve et possède une citadelle (point défensif important). Québec à tous les attributs d'une ville française.
  • Montréal, fondée en 1642, et une fondation original car il était censé être une ville d'évangélisation où les Indiens ont décidé de se sédentariser. C'est une plaque tournante du commerce avec ses 4000 habitants en 1750. C'est une ville essentielle  pour la colonie pour le commerce de fourrure.
  • Trois-Rivières située entre Montréal et Ville-Marie. C'est un carrefour de commerce qui, en 1683, le siège du troisième gouvernement de la province. En 1750, 1000 habitants. C'est aussi un lieu de mission important.
  • Louisbourg fondé en 1713 après la perte de l’Acadie, se développe en 1718-1720. Louisbourg est à mi-chemin entre Montréal et la Rochelle. C'est une escale la métropole et la vallée du Saint-Laurent. Elle possède également une citadelle défensive. C'est aussi une place de commerce importante avec les Indiens et une base navale primordiale pour la pêche à la morue.

Conclusion

Pour conclure, il n'y a pas eu d'installation persistante à la Nouvelle-France.

En effet, le peuplement de la Nouvelle-France est mitigé et les résultats sont modérément bons. Au final, on arrive à 10.000 habitants. Cette croissance se fait sur le jeu de la natalité qui est assez élevé, il n'y a plus beaucoup d'émigration.

Les militaires sont remplacés par des milices locales et la nécessité de tenir la colonie en prenne la construction d'une série de forts militaires qui s'étendent du sud vers l'ouest jusqu'à aller vers Les Grands Lacs. Ce réseau de défense génère une société de l'aristocratie militaire.

Pour aller plus loin :

Quelles Sources ?

  • Sur les difficultés de l’installation : Voir la lettre du 4 octobre 1665 de l’intendant Talon à Colbert.
  • Sur la figure de l’Indien : baron de La Hontan, Mes nouveaux voyages dans l’Amérique septentrionale et Mémoires de l’Amérique septentrionale, La Haye, janvier 1703.

Historiographie :

  • Sur les relations entre Français et Amérindiens : voir les ouvrages de Gilles Havard.

Sur l'expérience américaine de la France : Alain Dubos, L'épopée américaine de la France,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *