Les mines espagnoles du Potosi


Histoire Moderne / lundi, avril 15th, 2019

Bonjour, aujourd’hui je vous propose un article d’histoire moderne intitulé : les mines espagnoles du Potosi. Pourquoi ? Il faut savoir que ces mines jouent un rôle déterminant dans l’économie européenne et mondiale.

Pour rappel, les Espagnols conquièrent l’Amérique du Sud progressivement. Dans les années 1520, les Espagnols exploitent les mines d’argent dans la région de Taxco. Ils s’installent ensuite en Nouvelle-Espagne en 1530.

Le Potosi

Tout d’abord, un petit éclairage sur le Potosi. Le Potosi se situe dans le haut Pérou, dans la région de Cerro Rico (Actuelle Bolivie) sur la cordière des Andes à 4000 mètres d’altitude. La ville est créée ex nihilo par les colons en 1545 pour faciliter l'exploitation minière. Elle devient importante dans la région.

Les mines européennes

Ensuite, il convient de faire un bref rappel de la situation des mines européennes au XVIe siècle. Les mines de métaux précieux qui fournissent l’Europe sont la Saxe, la Silésie et les Monts Métallifères. Depuis le XVe siècle, ces mines allemandes donnent des signes d'essoufflement. La production diminue ce qui engendre des problèmes économiques.

Potosi et les mines d’argent

Puis, il faut savoir que Potosi est exploité pour ses mines d’argent très précieuses pour l’Empire espagnol. Les mines du Potosi alimentent le mythe de l’eldorado. Très rapidement, l’extraction de l’argent concentre tous les efforts espagnols et portugais dès le premier tiers du XVIe siècle. Des galeries sont creusées et on y frappe la monnaie dans la ville. Cette monnaie sert ensuite au commerce international. Les mines sont d’une très grande richesse et qualité. Elles fournissent 90% des exportations de métaux précieux vers l’Espagne dans le premier quart du XVIe siècle. Au début du XVIIe siècle, elles produisent 200 tonnes par an, soit les 4/5e de toute la production du vice-royaume du Pérou. Kendall Brown dit que Potosi est «le plus grand centre minier du monde».

Les métaux précieux sont indispensables à la politique espagnole. Ils servent notamment de garanti pour obtenir des prêts auprès des financiers européens.

Cependant, la production décline rapidement dû à l’épuisement des filons.

 Argent Potosi histoire moderne Amérique espagnole empire espagnol mines curlhistory
Gravure de Théodore de Bry représentant l’exploitation des mines du Potosi

L’exploitation des mines du Potosi

On utilise  la méthode de l’amalgame pour extraire l’argent. L’amalgame au mercure qui permet d’atteindre de très hauts rendements. Il est utilisé à partir de 1572 à Potosí. Cela permet d’intensifier la production. Néanmoins, le problème du ravitaillement en mercure se pose.

Des conditions catastrophiques

Les mines d’argent sont exploitées dans des conditions déplorables. D’abord, qui les exploitent ? Ce sont des Indiens soumis au système de travail obligatoire mita. Il y a aussi des travailleurs libres qui s’engagent après leur mita terminée. Les techniciens qui dirigent et organisent les mines viennent d’Europe.

Dans quelles conditions ? Les travailleurs exercent dans le noir, éclairés à l’aide d’une chandelle fixée au front. En plus de l’obscurité, la température dans les galeries dépassent les 30 degrés alors qu’il fait froid à l’extérieur. On peut ajouter les risques d’éboulement, l’épuisement, les maladies respiratoires et l'empoisonnement au mercure.

Des campements d'aventuriers et de criminels évadés de métropole se constituent autour des mines. De plus, le secteur souffre de problèmes de ravitaillement grave. En effet, les mines concentrent un grand afflux de personnes alors qu'autour des mines il n’y a pas de production agricole. Les mines sont donc des zones de famines atroces.

  • Pour conclure, à la fin du XVIe siècle, l’argent péruvien est dépassé par l’argent mexicain. Potosi n’est pas la seule ville d’exploitation minière dans l’empire espagnol. À la même époque (1546), Zacatecas au Mexique est exploitée.

Surveilles la boutique pour shopper la fiche sur les métaux précieux dès sa sortie et/ou abonne-toi à la newsletter !

Mes conseils de lecture :

Enfin, je te propose un large choix d’ouvrages généraux et spécialisés sur l’Amérique espagnole.

Bernard LAVALLE, L’Amérique espagnole, de Colomb à Bolivar. Paris, Belin. 1993.

B. BENNASSAR (dir.), Histoire des Espagnols, VI°-XX° siècle. Paris, Ed. du C.N.R.S. 1989.

B. BENNASSAR,  Un siècle d’or espagnol (vers 1525-vers 1648). Paris, R. Laffont. 1982.

F. BRAUDEL, Civilisation, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Armand Colin, 1979.

P. CHAUNU : Conquête et exploitation des nouveaux mondes. Paris, P.U.F., Nouvelle Clio, 4° éd. 1991.

P.CHAUNU et H. CHAUNU : Séville et l’Atlantique. Paris, SEVPEN, 1955-1960. 12 vol.

P. CHAUNU : Séville et l’Amérique aux XVI° et XVII° siècles. (Ed. abrégée). Paris, Flammarion. 1977.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *