Visiter la basilique de Saint-Denis


Culture, Histoire Médiévale / lundi, février 4th, 2019

Aujourd’hui, je te propose un exposé de tout ce qu'il faut savoir pour pouvoir visiter la basilique de Saint-Denis intelligemment. Véritable sujet d'histoire de l'art, les visiteurs moins de 26 ans y ont accès gratuitement.

L’histoire de Saint-Denis

Tout d’abord, l’histoire de saint Denis. Saint Denis est considéré comme le premier évêque de Paris. Il est envoyé pour christianiser la Gaule au IIIe siècle. À ce moment, la Gaule est dirigée par les Romains qui ne voient pas d’un bon oeil la tentative de christianisation de leur territoire. Denis est persécuté et décapité en 250. Ce qui fait de la mort de Denis le miracle de Saint Denis est qu’il nettoie sa tête, la ramasse et marche du lieu de sa décapitation, actuel Montmartre, jusqu’à Saint-Denis soit 6km sa tête à la main. Il se serait ensuite écroulé dans l’actuel coeur de la basilique.

Au VI ème siècle, on trouve des écrits relatant ce miracle qui indiquent que saint Denis n’était pas seul mais accompagné de deux hommes. Sainte-Geneviève décide d'édifier une église à l’endroit où saint Denis s’est effondré et où un certain nombre de pèlerins viennent se recueillir. Le lieu est, au début, une abbaye. Ensuite, le pape décide de lui conférer le rang de basilique. Le terme de basilique est d’origine romain. Elles existent dans la religion polythéiste romaine et sont des lieux publics où on peut rendre la justice. La basilique chrétienne sur le même principe est un lieu que les fidèles peuvent visiter. Enfin et récemment (1966), la basilique obtient le titre de cathédrale. 

La basilique Saint-Denis, premier chef d’oeuvre de l’art gothique

La basilique Saint-Denis est le lieu de naissance de l’art gothique sous l’impulsion de l’abbé Suger. Il est identifiable de part ces grands vitraux colorés et ses hautes voutes soutenues par des piliers. L’art gothique ne s’est pas toujours nommé ainsi. Il est d'abord connu sous le nom de l'art français. Puis, les Italiens, afin de se moquer lui donne le nom que nous connaissons car « go » signifie « barbare ».

Les vitraux

Dans ses écrits, l’abbé Suger explique que la commande des vitraux pour la basilique lui coute un tiers du prix de la construction. On comprend que c’est un élément cher et important. Lorsque l’on observe un vitrail, on remarque que la lumière passe à travers pour éclairer le lieu. Pour l’abbé, les vitraux sont une manière pour les fidèles d’accéder à la pureté du divin. On peut le voir jusque dans les couleurs des vitraux, le bleu étant « le bleu du paradis ».

Vitraux basilique de Saint-Denis Enfance du Christ et Arbre de Jessé
Vitraux commandés par l'abbé Suger: l'Enfance du Christ et l'Arbre de Jessé.

D’un point de vue historique, les vitraux qui sont présentés dans la  basilique ne sont pas véritablement attestés. Personne n’est sûr que  ces motifs ont été choisi par Suger. Mis à part les deux vitraux de la chapelle de la Vierge. L’un représentant l'Enfance du Christ et l’autre la lignée de ce dernier à travers l’Arbre de Jessé. On sait que l'abbé Suger commande ces motifs puisqu’il en parle dans un de ces écrits.

Les premiers vitraux ont été commandés par Suger mais ont été abimés ou détruits pendant la Révolution. Lors de la restauration de Viollet-le-Duc, on tente de les sauver mais en temps de guerre le plomb présent dans les vitraux est réquisitionné pour faire des armes et des munitions. Aucun vitrail ne date du Moyen-Âge et quelques uns seulement datent du XIXème siècle. Le reste sont des restaurations ou des impressions sur image.

Les voûtes

Les voûtes de la basilique de Saint-Denis sont à 28 mètres du sol et sont soutenues par des piliers. À la différence de l’art romain, l’art gothique fait entrer la lumière et supprime les murs lourds et massifs qui sont remplacés par ses voûtes.

Des gisants aux mausolées, un témoignage de l’évolution des représentations royales

Le tombeau de Dagobert Ier

Dagobert Ier tombeau basilique de Saint Denis
Le roi est représenté couché sur le coté. Au dessus de lui on y voit trois scènes qui se lisent de bas en haut. La première représente sa mort et son enlèvement par les démons. La deuxième : sa libération par Saint Denis. La dernière : sa sanctification.

Dagobert est connu pour être le premier roi inhumé à Saint-Denis (639) en plus d’en être le bienfaiteur. Cela est faux, des recherches archéologiques démontrent que la première est la reine Arégonde. Dagobert a pourtant un tombeau situé au centre de la basilique. (détails de l'oeuvre dans la légende)

La commande de Saint Louis

Ensuite, dans le transept sud, il y a la commande de Saint Louis. Seize gisants en calcaire blancs visant à montrer la continuité entre la dynastie capétienne (la sienne) et les dynasties des Mérovingiens et des Carolingiens. On remarque qu'ils ont tous le même visage, la même taille et les mêmes attributs royaux. Ils ont tous les yeux ouverts et sont représentés dans la trentaine, âge du Christ à sa crucifixion. Les hommes ont un lion à leurs pieds ce qui signifie la Résurrection. Pour les femmes c'est un chien, signe de fidélité envers Dieu.

Charles V le Sage, premier portrait réaliste

Puis, les gisants évoluent vers une représentation plus réaliste du souverain. Le parfait exemple de cette évolution est le gisant de Charles V le Sage (1364-1380). Il est représenté avec des rides sur le front, un double menton et des veines apparentes sur les mains. On sait que ce roi souffrait de nombreuses maladies. Il est vraisemblable qu'il ait eu cette apparence bien qu'il ne soit mort que dans le début de sa quarantaine.

Vers des tombeaux monumentaux

Par la suite, on ne représente plus uniquement les défunts par des gisants. Dans la basilique de Saint-Denis, on trouve des mausolées, tombeaux monumentaux. Dans la basilique de Saint-Denis, on trouve des mausolées, tombeaux monumentaux. Par exemple, les représentations de Louis XIII et son épouse Anne de Bretagne. La sculpture est en deux parties, d’abord les gisants à l’intérieur. Les défunts sont représentés nus et en état de décomposition. Les orteils sont crispées, la tête d’Anne de Bretagne est révulsée et les côtes du roi sont apparentes. Sur la partie supérieure de la sculpture, on peut les voir vivants, à genoux et priant en tenue de messe. La même représentation est faite du couple Henri II et Catherine de Médicis juste à côté. 

La basilique de Saint-Denis, une nécropole royale

D'abord, tous les gisants sont vides. Les restes royaux se trouvent dans la crypte. Certains restes se trouvent également dans des reliquaires comme le poignet de Saint Louis. À Saint-Denis sont inhumés 42 rois, 32 reines, 63 princes et princesses et 10 grands serviteurs du royaume.

Dans la crypte, le visiteur a accès à l’ossuaire des rois. On ne peut voir que deux plaques sur lesquelles sont inscrits les noms des rois et reines de France dont les ossements se trouvent dans l’ossuaire. Derrière ces deux plaques se trouvent deux cercueils que l’on a remplis avec les restes d’ossements que Louis XVIII a ressemblé après qu’ils aient été exhumés pendant la Révolution. On remarque qu’il y a plus de noms sur les plaques qu’il n’y a de souverains qui ont été inhumé dans la basilique. Cela s’explique par le fait que beaucoup ont été enterré à l’extérieur du lieu saint.

Dans la crypte archéologique, on peut voir les sarcophages des rois et reines. Pour ce qui est des Bourbons, on remarque qu’il y a un abandon du faste. Les corps étaient entreposés dans des gisants de plomb sur des tréteaux. À la Révolution, il a été aisé de les faire sortir. Aujourd’hui, il y a des plaques qui noires, les noms des souverains sont inscris dessus.

Dans un reliquaire, on trouve le coeur du petit Louis XVII.

L’oriflamme : Symbole de la monarchie

Enfin, on peut trouver une copie de l'oriflamme non loin des priants de Louis XVI et de Marie-Antoinette. L'oriflamme est assimilé à la basilique de Saint-Denis. C'est un symbole de la monarchie puisqu'au Moyen-Âge, avant de lever l'ost royal le roi chargeait le porte-oriflamme de lever cet étendard. Parmi les portes-oriflammes connus, on citera Geoffroy de Charny : le meilleur chevalier du monde.

Pour conclure

En bref, allez visiter ce monument historique qu'est la basilique de Saint-Denis. Elle est accessible gratuitement aux moins de 26 ans. Pour organiser votre visite rendez-vous sur le site officiel de la basilique.

Je te recommande le livre ci-dessous pour approfondir tes recherches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *